MANGO vs Isabel MARANT : la contrefaçon des « Scarlet » caractérisée!

31/05/2016

La contrefaçon de droits d'auteur d'un produit s'apprécie au regard des ressemblances entre l'original et la copie. En ce sens, les juges du Tribunal de grande instance de Paris, dans un jugement du 25 mars 2016, condamné les sociétés MANGO au titre de la contrefaçon pour avoir vendu dans ses magasins des bottines reprenant les caractéristiques spécifiques du modèle créé par Isabel MARANT.

 

Isabel MARANT, styliste renommée, a créé en 2013 un modèle de bottines dénommé « SCARLET », qu'elle a déposé à titre de dessin et modèle communautaire :

 

Les droits sur ce dessin et modèle ont été cédés à la société IM PRODUCTION. Cette dernière a constaté que les sociétés MANGO, spécialisées dans le prêt-à-porter, commercialisaient un modèle de bottines contrefaisant son dessin et modèle communautaire et ses droits d'auteur, et les donc assignées.

 

En défense, les sociétés MANGO soutenaient notamment que le modèle de bottines « SCARLET » était dépourvu d'originalité, et que le dessin et modèle communautaire n'était pas valide, faute de revêtir un caractère individuel.

 

Par un jugement du 25 mars 2016, le Tribunal de grande instance de Paris a rejeté les arguments des sociétés MANGO et fait droit aux demandes de la société IM PRODUCTION.

 

En premier lieu, les juges ont apprécié l'originalité du modèle de bottines « SCARLET » et considéré, au visa notamment de l'article L.112-2  14° du Code de la propriété intellectuelle, que ce dernier était protégé par le droit d'auteur car il portait l'empreinte de la personnalité de son auteur. Se fondant sur le Règlement CE n°6/2002, les juges ont également reconnu la validité du dessin et modèle communautaire, aucune antériorité ne produisant une même impression visuelle d'ensemble.

 

Constatant ensuite que les ressemblances du produit commercialisé par les sociétés MANGO avec le modèle de bottines « SCARLET » primaient sur leurs différences, dont il a été considéré qu'elles étaient artificielles, les juges ont condamné les sociétés MANGO pour contrefaçon, tant des droits d'auteur, que des droits au titre des dessins et modèles de la société IM PRODUCTION.

 

Ces dernières ont donc été condamnées à réparer le préjudice subi par la société IM PRODUCTION, ainsi que le préjudice moral subi par Isabel MARANT, du fait de l'atteinte à son droit de paternité sur sa création, ainsi que la dénaturation de cette dernière.

 

L'équipe LANGLAIS Avocats (Nantes-Paris)

Pour plus d'informations, consulter notre FAQ